Notre Démarche

Renaissance Organique Energie, une nouvelle filière de valorisation pour les matières organiques locales :

une énergie renouvelable, un fertilisant minéral naturel et des retombées économiques pour le territoire.

 

 

Nous présentons sur cette page les éléments clefs pour connaître notre projet.
Pour toute question n’hésitez pas à nous contacter.

Renaissance Organique Energie : une activité en réponse aux enjeux agricoles et environnementaux de demain

A l’origine de notre démarche, nous avons cherché à répondre à plusieurs objectifs  et problématiques avec la méthanisation.

Pérenniser et développer l’agriculture locale par la diversification

Les prix de vente de nos produits sont variables. Des revenus complémentaires fixes et réguliers sont nécessaires à la pérennité de nos productions.

 

L’agrandissement de l’exploitation par la surface est impossible du fait de la pression foncière. Aussi, nous devons mieux valoriser les sous-produits et diversifier nos activités sur place (valorisation des CIPAN, développement de cultures intermédiaires).

Améliorer la cohabitation entre urbanisation des campagnes et l’Agriculture

Les odeurs de fumier, la gestion des distances d’épandage, la réduction des produits phytosanitaires et fertilisants de synthèse rendent parfois la cohabitation compliquée entre urbanisation des campagne et agriculture.

 

En réduisant les effets potentiels de l’élevage sur le cadre de vie grâce à la méthanisation à la ferme, on permet la proximité entre l’élevage et les consommateurs, ce qui facilite la connaissance de tous de l’origine et des méthodes de production des aliments que l’on consomme.

Répondre aux enjeux environnementaux de l’agriculture

Grâce aux cultures intermédiaires, la méthanisation agricole va nous permettre d’apporter des solutions économiques aux défis techniques (arrêt du glyphosate, problèmes d’érosion des sols) et de limiter les risques de maladies et résistance de certaines mauvaises herbes.

 

La méthanisation agricole permet aussi de réduire la quantité d’engrais de synthèse importés sur les terres, en générant un engrais minéral naturel.

Facilier la mise aux normes de nos exploitations 

La gestion des effluents d’élevage doit aujourd’hui répondre à des normes de plus en plus strictes. La méthanisation à la ferme permet de satisfaire les plus fortes exigences réglementaires tout en créant de la valeur ajoutée.

Valoriser les matières organiques du territoire de manière durable

Nous nous proposons de traiter uniquement des matières considérées comme végétales, et dans une totale transparence sur la nature et l’origine de celles-ci. Le gisement local est suffisant pour le fonctionnement de la méthanisation à la ferme.

60 % des matières proviendront directement de notre ferme.

Lisiers et fumiers bovins et ovins

 

Les effluents de notre élevage bovin et ovin (1 500 tonnes de fumiers) aujourd’hui valorisés à l’état brut, seront valorisés de manière plus complète et avec une très forte réduction des odeurs.

 

Nous valoriserons également des lisiers de bovins (1 000 tonnes) d’un élevage local, situé à Criquebeuf. Ils seront livrés sur notre site par environ 1 passage de transport par mois.

 

Les effluents livrés seront intégrés au digesteur en quelques jours, il n’y aura donc pas de stockage sur place.

Cultures intermédiaires et principales

 

Les cultures intermédiaires (notamment de seigle et de sorgho) sont impropres à la consommation. Nous y recourrons aujourd’hui uniquement pour leurs fonctions agronomiques (voir FAQ sur les cultures intermédiaires) et nous les enfouissons dans le sol avant maturation. Elles seront valorisées par Renaissance Organique Energie tout en conversant leurs propriétés agronomiques.

 

Nous avons également fait le choix de recourir à la culture d’une dizaine d’hectares de culture principale (maïs, sorgho, ensilage d’herbe) sur des terres à faible potentiel (pentes et bord de falaises notamment). Cet apport en matière présente notamment l’avantage de stabiliser le fonctionnement de la méthanisation à la ferme tout au long de l’année pour contrer la saisonnalité des effluents.

 

Enfin, nous valoriserons nos nouvelles cultures de silphie. Pour découvrir cette culture pérenne, consultez notre FAQ.

Co-produits végétaux

 

Co-produits de l’industrie de la pomme de terre (100 tonnes): Purées de pelage, écarts de coupe et de tri

 

Co-produits de l’industrie du blé (3 000 tonnes) : issues de céréales, drêches déclassées et solubles

 

Co-produits de la sucrerie Fontaine le Dun (3 000 tonnes): Pulpes et radicelles de betterave

 

Co-produits de La coopérative de lin AgyLin  (2 000 tonnes) : Menues pailles, déchets de triage du grain, teillage de lin

 

–  Déchets verts et tontes de pelouses ( 500 tonnes) : les paysagistes nous apportent les déchets verts issus de la tonte de jardins (ceux du Château de Maniquerville entre autres)

  • 2 500 tonnes d effluents d elevage

  • 2 400 tonnes de cultures intermediaires et fourrageres

  • 6 000 tonnes de coproduits vegetaux

Au total, ce sont 11 000 tonnes de matières d’origine végétales exclusivement locales que nous pourrons valoriser chaque année.

Production d’énergie et de fertilisant naturel

Une énergie 100% renouvelable pour le réseau de gaz

Notre méthanisation agricole produira environ 150 m3 de biogaz par heure :

 

– Le gaz sera injecté dans la canalisation de distribution de gaz GRDF qui alimente l’agglomération de Fécamp et contribuera directement à l’indépendance énergétique du territoire

 

– une petite partie (10 m3) seront consommés directement sur le site pour les besoins en chauffage du process de méthanisation agricole

 

La production continue de biométhane correspond à l’équivalent de la consommation moyenne de gaz de 2 400 habitants, soit l’équivalent de près de 10% de la consommation des habitants de l’Agglomération Fécampoise.

Un engrais naturel pour les sols

La matière résiduelle issue de la méthanisation agricole est riche en éléments fertilisants. Jusqu’à 15 000 tonnes seront produites par an, soit l’équivalent de 85 camions d’engrais minéraux de synthèse.

 

Environ 600 ha de terres, dont nos terres agricoles, pourront être amendées par cet engrais organique naturel d’excellente qualité. Son utilisation en tant que matière minérale fertilisante permettra de réduire l’utilisation actuelle en engrais chimique de synthèse importés.

 

Avec l’utilisation de ce fertilisant organique naturel, nous souhaitons convertir une partie des surfaces de nos terres en agriculture biologique.

 

Etant les premiers concernés par la qualité des sols, nous nous assurons de respecter un plan d’épandage en adéquation avec les caractéristiques et besoins agronomiques des terres.

 

Fertilisant

Un projet agricole, pour l’économie locale et l’environnement du territoire

Notre activité permettra la création de 3 emplois locaux, à temps plein, non délocalisables.

 

Nous souhaitons faire bénéficier directement les habitants des retombées de cette activité. Pour cela, nous voulons mettre en place un financement participatif selon la demande. La commune de Maniquerville et ses habitants seront prioritaires, ainsi que les autres communes concernées par le projet.

Répondre aux enjeux environnementaux du territoire du Pays de Caux

 

Dans son Plan Climat Air Energie Territorial, Fécamp Caux littoral Agglomération cherche notamment à augmenter sa production d’énergies renouvelables et à développer la mobilité propre avec l’ouverture d’une station bio-GNV.

 

Situé près d’une zone de captage qui alimente le Havre en eau potable, nous sommes soucieux de participer à la protection de la ressource en eau notamment en réduisant l’utilisation de produits phytosanitaires et engrais chimiques

Le choix d’un site d’implantation : un foncier agricole et central

Nous avons conscience des exigences et des attentes des habitants quant au respect du cadre de vie. C’est pourquoi nous sommes particulièrement attentifs à ce que le site d’implantation de notre activité s’intègre au mieux dans son environnement, dans le respect des riverains.

Le choix du lieu d’implantation résulte de la prise en compte de plusieurs critères :

– Proximité avec notre exploitation située à Maniquerville

– Surface disponible d’au moins 1 ha

– Contraintes liées à urbanisme (en zone agricole)

– Proximité et capacité du réseau GRDF

– Accès routier pour la logistique

Site d’implantation

Nouvelles plantations de silphie (voir mai 2020 pages actualités)

Parcelle

Tous ces critères nous ont amené à retenir une parcelle au sein notre exploitation agricole, La Renaissance, à la Ferme Normande, à Maniquerville. En effet, l’activité de méthanisation étant la continuité de notre production actuelle, il nous parait pertinent de l’installer au sein de notre corps de ferme, pour limiter les déplacements et faciliter les échanges.

Celle parcelle est la 4.9-PPH, représentée sur la photo de la vue aérienne ci-contre (cliquez sur la photo pour l’agrandir).

La prise en compte des enjeux locaux

Lors de la phase de développement de notre projet, nous avons pris en compte différents enjeux afin que notre nouvelle activité s’insère au mieux dans son environnement.

Insertion paysagère dans le cœur du bourg de Maniquerville

L’installation du méthaniseur sur notre exploitation nécessite l’agrandissement du clos masure et occasionne le renouvellement de la hêtraie.

Les arbres du clos masure arrivent à maturité et doivent être abattus dans les prochaines années. Une modification du clos existant est donc prévue. Des arbres seront replantés dans le cadre de l’insertion paysagère de la plateforme de méthanisation agricole.

Les bâtiments qui seront créés seront peu visibles car partiellement enterrés pour réduire la visibilité (voir le dessin de l’insertion paysagère ci-dessous) et améliorer la performance énergétique de l’installation.

Image : Dessin de l’insertion paysagère de Renaissance Organique Energie.
Vue de l’entrée de l’exploitation depuis la D11. 

Photo : Vue actuelle depuis la D11 en direction d’Epreville. L’exploitation La Renaissance est située sur la droite, dans le clos-masure. 

Image : Schéma de l’insertion paysagère de Renaissance Organique Energie (vue aérienne).

Schémas de l’insertion paysagère de Renaissance Organique Energie depuis le Nord (route des Falaises), le Sud, l’Est et l’Ouest
(Cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Environnement olfactif

Les fumiers pailleux de notre exploitation sont stockés sous un hangar et manipulés le moins possible afin de limiter les risques d’odeur.

 

Les fumiers et lisiers des agriculteurs partenaires seront valorisés dans le méthaniseur dès leur arrivage sur le site. Ils seront apportés en un seul trajet.

 

Le temps de séjour élevé dans le méthaniseur (80 jours), permettra de supprimer les odeurs.

 

L’épandage du fertilisant naturel, solide ou liquide, obtenu par méthanisation agricole est inodore comparé à l’épandage direct d’effluents d’élevage réalisé actuellement.

Le trafic routier

Facilement desservi par la D11 (route entre Gerville et Maniquerville), la méthanisation à la ferme permettra d’optimiser le trafic routier des matières organiques qui circulent déjà en grande partie sur le territoire.

Le trafic des camions ne sera pas plus intense qu’actuellement. En effet, il restera organisé sous forme de chantiers de récoltes à la journée (comme les chantiers d’ensilage ou de nettoyage des litières).

Le trafic dépendra toujours, comme c’est le cas aujourd’hui, des périodes de récoltes.

Et la mise en service, c’est pour quand ?

Une réglementation à respecter

En tant qu’unité de valorisation de la matière organique, notre installation est soumise à la réglementation ICPE (Installations Classées pour la Protection de l’Environnement), et fait l’objet d’une déclaration et d’une demande du permis de construire auprès des services de l’Etat, déposés en juillet 2019.

Les grandes étapes de notre démarche

Depuis le début du mois de juin 2020, les travaux de construction sont en cours.
Vous pouvez suivre l’avancée des travaux en images, en cliquant ici.